[Actualité artistique]

La lettre hebdomadaire de Jean-Luc Chalumeau, critique et professeur d’histoire de l’art

À propos d’un collectionneur et d’un chef-d’œuvre

La collection du marquis Campana a actuellement les honneurs du Louvre (jusqu’au 18 février) avant d’être transportée à Saint Petersbourg l’été prochain. « Un rêve d’Italie » reflète bien l’ambition démesurée d’un collectionneur original qui voulait démontrer, entre 1830 et 1850, la spécificité de la culture italienne à travers l’art dans la péninsule depuis l’antiquité.

Giampetro Campana rassembla ainsi douze mille pièces dont 500 sont à Paris. Le collectionneur était un fervent partisan du Risorgimento, ce qui ne dut pas plaire au Vatican qui lui reprocha surtout d’employer les fonds du Mont de Piété dont il était le directeur pour enrichir sa collection.

L’État Pontifical lui fit un procès retentissant en 1857, parvint à le faire condamner au déshonneur, à la prison, et saisit la collection pour la vendre. Les principaux acquéreurs furent le Tsar Alexandre II et l’Empereur Napoléon III.

Ce dernier obtint en particulier l’un des trois panneaux de la Bataille de San Romano peinte par Paolo Uccello vers 1435-1440, chef d’œuvre qui entra donc au Louvre et qui n’a pas eu beaucoup de chemin à faire pour participer à l’actuelle exposition.

Uccello - Bataille de San Romano
Uccello – La Bataille de San Romano : la contre attaque de Micheletto da Cotignola
Photo ©RMN-Grand Palais (musée du Louvre) / Jean-Gilles Berizzi

C’est l’occasion de le regarder d’un œil neuf. On croit connaître cette incroyable composition, et pourtant elle a toujours quelque chose de nouveau à nous dire.

Cet immense panneau en bois de 1 mètre 82 par 3 mètres 17 décrit une phase essentielle de la bataille de San Romano ayant opposé Florence à Sienne sa rivale le 1er juin 1432 : la contre-attaque victorieuse du florentin Micheletto da Cotignola. D’autres moments de la bataille sont conservés aux Offices et à la National Gallery.

Uccello n’a pas utilisé le vaste espace unificateur inventé par Brunelleschi ou Piero della Francesca : il a construit au contraire un jeu compliqué d’espaces clos qui ont fait de lui un interprète complètement atypique des découvertes de la Renaissance florentine dont il était par ailleurs un des meilleurs théoriciens (la perspective à l’italienne qui n’était pas celle des flamands, c’était largement lui). Marquetteur de formation, Uccello avait pris ce combat comme prétexte à une décomposition des mouvements des chevaux, des lances et des oriflammes dont le rythme savant donne l’illusion d’un déplacement général.

Cet emboîtement de formes purement géométriques sur fond sombre quasi abstrait n’exclut nullement la nature : le sol est parsemé de cailloux et d’herbes. Dans les versions de Londres et de Florence, il y a même un arrière-plan de champs moissonnés, des lièvres et des fleurs.

Zao Wou-Ki a observé que « les chevaux sont modelés comme des mannequins articulés. Les personnages comme de l’acier gravé. Et toutes ces lances, c’est ce qu’il y a de plus beau. Dans le tableau de Florence, il y a des rosiers sur le champ de bataille. » Uccello, qui avait été longtemps négligé parce que considéré par Vasari comme un artiste mineur, a été redécouvert au début du XXe siècle par les cubistes et les surréalistes, mais le marquis Campana les avait précédés.

Dans Le Minotaure, en 1935, G. Pudelco voyait en lui « un peintre lunaire dont le constructivisme dégage ce sentiment d’absolu et d’obsession qui n’appartient qu’au seul rêve. » C’est sans doute ce qu’avait compris, le premier, Giampetro Campana, marquis de Cavelli, et que nous sommes invités à redécouvrir avec lui.

Jean-Luc Chalumeau, critique d'art et professeur
Jean-Luc Chalumeau
Critique et professeur d’histoire de l’art
verso.sarl@wanadoo.fr

Illustrations : ©RMN-Grand Palais (musée du Louvre) / Jean-Gilles Berizzi

Nb. Tous les contenus de ce site (textes, visuels, éléments multimédia) sont protégés ; merci de nous contacter si vous souhaitez les utiliser.

Étiquettes , , , ,

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *