[Conseils B2B]

Par Dimitri Hébrard, Business Developer chez Achetez de l’Art

L’extraordinaire BANG de Merwan accroché dans un espace de travail, participant au bien-être des équipes !

Quels sont les effets des œuvres d’art dans les espaces de travail ?

Être distrait au travail n’est pas toujours une mauvaise chose. Si l’objet de votre distraction est une œuvre d’art, elle peut en fait stimuler la productivité, réduire le stress et accroître le bien-être.

Il existe une réelle tendance à opter pour des espaces de travail aseptisés et épurés, conçus pour encourager le personnel à se concentrer sur son travail et à éviter toute distraction. Il n’y a pourtant aucune thèse scientifique qui atteste que cette approche augmente la productivité ou rend les travailleurs plus heureux.

Au contraire, l’esprit du moment tend plus à dire que si vous enrichissez un espace, les gens se sentent beaucoup plus heureux et travaillent mieux ; un très bon moyen d’y parvenir est d’utiliser l’art. C’est précisément la conviction d’Achetez de l’Art :

Vivre entouré d’art, c’est vivre mieux ; travailler entouré d’art, c’est travailler mieux.

Dès l’Antiquité, l’art est utilisé pour soigner, et son concept en tant que thérapie pourrait être attribué à Aristote. En 2019 c’est l’OMS qui reconnaît les bénéfices de l’art pour la santé mentale et physique. Le rapport de l’Organisation Mondiale pour la Santé se base sur 900 publications internationales.

Des chercheurs ont même réalisé l’expérience suivante : sur un panel d’adultes âgés de 18 à 59 ans, ont été faits des prélèvements de salive qui permettent de mesurer le taux d’hormones de stress (cortisol). Puis les participants se sont essayés à plusieurs ateliers artistiques et ont laissé cours à leur créativité en utilisant les différents matériaux mis à disposition.

Après 45 minutes de nouveaux prélèvements salivaires ont été effectués et le résultat est sans équivoque : 75% des participants avait un taux de cortisol diminué de manière significative. Les participants ont indiqué que « l’activité était relaxante et agréable mais également qu’elle permettait de se défaire de pensées persistantes et engendrait une meilleure mise en perspective des choses ».

 

 

C’est certainement une philosophie à laquelle adhère la Deutsche Bank. La banque d’investissement allemande possède la plus grande collection d’art d’entreprise au monde, avec quelque 60 000 œuvres d’art réparties dans 900 bureaux dans 40 pays.

Il existe une application interactive qui permet aux employés d’en savoir plus sur les œuvres qu’ils regardent, ainsi qu’une « Arthothek », un endroit où les gens peuvent s’arrêter et demander conseil à un expert lorsqu’il s’agit de choisir une œuvre d’art pour le bureau. La banque organise également des conférences avec des artistes.

« Ce n’est pas souvent que les banquiers ont l’occasion de parler à des artistes », déclare Friedhelm Hütte, responsable mondial de l’art à la Deutsche Bank. « L’art offre une fenêtre sur l’esthétique sociale, politique et économique du monde entier, ce qui en fait une bonne source d’inspiration pour notre activité, car nous vivons du développement de nouvelles idées pour les clients et de la réaction à ce qui se passe dans le monde. »

La banque aime acheter des œuvres d’artistes contemporains, en mettant l’accent sur les dessins et les photographies originaux. « Nous aimons les choses qui sont innovantes et spontanées, qui capturent ce moment où une idée devient visible pour la première fois », explique Hütte. » Je ne pense pas que l’art rende chaque personne qui le regarde intrinsèquement plus créative, mais il l’implique à un niveau plus intellectuel dans l’innovation à travers le monde ».

Hütte et son équipe ont mené des études sur les environnements de travail les plus efficaces en demandant aux participants de travailler pendant une heure dans quatre types de bureaux différents :

Allégés : ne contenant que les éléments nécessaires à l’exécution des tâches.

Enrichis : avec des œuvres d’art et des plantes déjà disposées.

Responsabilisés : les mêmes œuvres d’art et plantes, mais les participants pouvaient choisir où les placer.

Déresponsabilisés : les participants pouvaient disposer eux-mêmes les œuvres d’art et les plantes, mais l’expérimentateur annulait ensuite ces touches personnelles et revenait à la disposition enrichie.

L’équipe a constaté que les personnes qui travaillaient dans le bureau enrichi travaillaient environ 15% plus vite que celles du bureau allégé et avaient moins de problèmes de santé – ce chiffre a ensuite doublé pour les personnes qui travaillaient dans l’espace responsabilisé. Quant à ceux qui avaient vu leur touche personnelle sapée, leur niveau de productivité était le même que ceux de l’espace allégé.

« En 12 ans, nous n’avons jamais constaté que les bureaux allégés donnaient de meilleurs résultats ; et plus les gens sont impliqués dans le processus d’enrichissement, plus ils sont capables de réaliser une partie d’eux-mêmes dans l’espace », explique Hütte. Il insiste sur le fait que par art, il n’entend pas les « affiches de motivation », qui disent des choses comme « il n’y a pas de moi dans l’équipe » ou « quel que soit le problème, faites partie de la solution », car elles ne fonctionnent pas du tout.

 

Arthur Simony dans votre bureau !
Le Bateau Ivre, print d’Arthur Simony

 

L’art est un moyen de retenir le personnel et de l’encourager à être présent au bureau, à une époque où les gens souhaitent de plus en plus travailler à distance, explique Alex Heath, directeur général d’International Art Consultants, qui conseille les entreprises en matière d’art.

« Certaines entreprises utilisent consciemment l’art dans le cadre de leur stratégie de rétention », dit-il. « L’esthétique, au sens propre, signifie qu’il faut donner de l’énergie, ce dont un lieu de travail a besoin, plutôt qu’un environnement industriel fade, qui peut revenir à donner aux travailleurs une dose d’anesthésiant ».

L’entreprise a aidé les analystes de l’agence de notation Moody’s à récolter les fruits de l’art sur le lieu de travail. Un comité artistique composé d’employés a trouvé le slogan « donner un sens à ce que vous voyez » et les bureaux ont été décorés de photographies qui nécessitent un examen et un décodage attentifs.

Par ailleurs, M. Heath explique que l’entreprise a commandé des œuvres contemporaines vives et audacieuses pour les salles d’attente ou les espaces de loisirs, car elles constituent de bons sujets de discussion, tandis que les sculptures et les immenses œuvres textiles aux propriétés acoustiques sont idéales pour atténuer les bruits des foyers en marbre. Les œuvres d’art cinétiques et les installations lumineuses sont populaires auprès de certaines entreprises, explique M. Heath, car elles peuvent insuffler du dynamisme à des environnements très rigides.

L’artiste Dominic Harris est spécialisé dans l’art interactif à l’aide de lumières et de vidéos et ses œuvres sont présentes sur un certain nombre de lieux de travail : « Les gens passent la plus grande partie de leur vie au travail et être dans un bureau peut devenir très routinier ; mais s’il y a de l’art interactif autour de l’endroit, cela offre un sentiment permanent d’intrigue et d’engagement » dit-il.

Harris et son studio, Cinimod, créent souvent des œuvres qui réagissent aux passants ; un mur de papillons qui battent des ailes, ou une cascade virtuelle dans laquelle vous pouvez plonger vos mains, par exemple. 

« Une distraction momentanée n’est absolument pas une mauvaise chose sur le lieu de travail. Historiquement, l’art a toujours été synonyme d’évasion, et nous avons tous besoin d’une évasion de temps en temps. »

Sources :

Suivez Achetez de l’Art

Découvrez toutes nos oeuvres sur notre eshopnotre page Facebook et notre compte Instagram.

Étiquettes , , , , , ,

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.