Maxime Delmotte et son associé Adrien Salamon sont deux jeunes passionnés d’art partis à la recherche d’illustrateurs talentueux afin de pouvoir offrir sur leur site Balibart (que vous retrouverez dans notre sélection de sites pour acheter de l’art sur le web) des oeuvres originales en tirage limité et à prix abordable, espérant ainsi faire découvrir l’art au plus grand nombre, avec le regard de leur génération. Maxime a bien voulu répondre à nos questions.

Pourquoi vous êtes-vous lancé dans l’aventure Balibart ?

Adrien et moi nous sommes rencontrés sur les bancs d’HEC. Tous les deux passionnés d’art, nous avons tout de suite su que nous travaillerions ensemble. D’abord en créant une association qui visait à promouvoir et soutenir des projets artistiques. Puis en créant Balibart !

Avec Junior Productions, notre association, nous avons organisé une vente événementielle à Drouot Montaigne. Le concept était plutôt sympa : aller filmer les artistes dans leurs ateliers en train de créer puis projeter le petit film lors de la vente. Les participants enchérissaient à mesure qu’ils découvraient l’œuvre en image.

Suite à cette vente, nous avons eu envie de continuer à travailler avec de jeunes artistes et à faire bouger les lignes de ce secteur que nous trouvions un peu « mou » et vieillissant.

C’est pourquoi nous avons créé Balibart : promouvoir de jeunes talents, faire découvrir l’art au plus grand nombre avec un regard plus jeune ! Et le nom Balibart vient d’une discussion avec Adrien : on cherchait un nom à la fois accessible, percutant et doux; qui ne soit ni élitiste ni prétentieux. On est passé par Babar, Malabar, Alibaba… Balibart !

Nous adorons tous les deux l’art, le design, la culture en général.
Adrien a travaillé en galerie à Shanghai et j’ai longtemps pratiqué le théâtre. Si nous avons choisi de rejoindre ce milieu, c’est que nous adorons être au contact des artistes.

À défaut de savoir dessiner, nous devenons artistes un peu par procuration 🙂

Depuis le début, nous voulons faire découvrir l’art que nous aimons au plus grand nombre. Tous nos artistes sont réputés dans leur domaine et vendent leurs travaux originaux plusieurs milliers d’euros. Plutôt que de permettre à une personne de s’offrir une œuvre, nous avons fait le pari d’offrir à 100 personnes l’opportunité de s’acheter cette même œuvre, grâce à la technique de la reproduction.

Nous sommes partis à la rencontre des plus grands illustrateurs du monde entier. Nous travaillons actuellement avec plus de 150 artistes et recevons de plus en plus de candidatures spontanées. Nous continuons également à chercher les perles rares et fonctionnons aussi beaucoup par recommandation, maintenant que nous avons rassemblé un premier vivier d’artistes de qualité.

Quelle est votre plus grande réussite, et a contrario ce qui n’a peut-être pas (encore) fonctionné comme vous l’espériez ?

Je dirais que notre plus grande réussite a été de convaincre autant d’artistes, tous de pays différents, de cultures différentes et d’âges différents sur une conviction forte : introduire l’art dans le quotidien.

Ils nous ont tous suivi sur cette belle mission et nous encouragent tous les jours à poursuivre dans cette voie. On sent bien que le marché évolue et se bouleverse à mesure que des nouveaux acteurs arrivent. Nous sentons aussi que nous avons une place à jouer en tant que communauté d’artistes émergents, dont nous faisons la promotion et avec qui nous avons noué des liens solides qui nous permettent d’être de plus en plus crédibles même aux yeux des spécialistes et des acteurs historiques.

Nous aimerions beaucoup pouvoir développer de nouvelles opportunités pour nos artistes, tant d’un point de vue de l’image que du business. C’est pourquoi nous sommes en train de mettre en place un système dit « d’agence » via laquelle nous allons tout faire pour que nos artistes signent des contrats avec des grandes marques, comme ils le font déjà dans le cadre de leur activité de freelance. Mais l’agence Balibart serait un véritable apporteur d’affaires et de notoriété supplémentaire pour eux. Je ne dirais pas que ça n’a pas fonctionné, car tout reste encore à faire, mais c’est un véritable défi que nous avons envie de relever !

Quels sont vos projets et vos perspectives dans le marché de l’art de demain ?

En plus de ce projet d’Agence, nous sommes en train de développer une nouvelle plateforme, plus axée art contemporain qui permettrait d’obtenir un maillage complet du marché : de l’édition limitée pour le grand public à l’oeuvre unique pour les collectionneurs et les entreprises.

Nous souhaitons réellement s’installer sur ce marché comme un acteur incontournable, non pas en cassant toutes les règles et en essayant de faire tomber les autres acteurs, mais plutôt comme un complément pour répondre à des besoins aujourd’hui insatisfaits parce que les technologies ne suivent pas toujours sur un tel marché.

Notre jeunesse et notre expertise technique nous encouragent tous les jours à trouver de nouvelles solutions et à inventer de nouvelles possibilités de business à la fois pour les artistes et les amateurs d’art, toujours en quête de nouveaux talents.

Rendez-vous dès maintenant sur le site Balibart pour découvrir des affiches d’art originales, signées par des artistes reconnus et éditées avec amour dans un atelier parisien, puis n’hésitez pas à partager votre avis sur Balibart dans notre guide !

 

Le marché de l'art de demain ? Tous les témoignages :Dope Gallery - Nicolas Alyes - Art contemporain et urbain My Web'Art - Bianca Hutin - art contemporain Balibart - Maxime Delmotte KAZoART - Mathilde Le Roy Expertissim - Cyrille Coiffet Artistics - Sonia Rameau Artsper - François-Xavier Trancart LACParis - Virginie Pillon Drouot - Olivier Lange Auction.fr - Jean-Christophe Defline The Print Atelier - Maude Arsenault KOCHI Gallery - Emmanuel Tiberghien Jean-Baptiste Fabre - Auction After Sale L'équipe Early Work Frank Puaux - Le Collectionneur Moderne Julie Plus - Wipplay Antoine Van de Beuque - ArtViatic Stéphanie Tosi - Carré d'artistes Zeuxis art - Amélie du Chalard Patricia Saiagh - Kolectiv Design